Retour à l'accueil

Règles


Les Humains

Apparition

Les Humains ne sont pas natifs d'Olympia.

Un groupe d'individus est arrivé mystérieusement sur la planète, peu d'informations ont circulé à leur sujet, et rares sont les Humains à être prolixes sur leur passé.

Ils restent en général suspicieux quant aux peuples d'Olympia et ont construit leur quartier général dans les steppes gelées.

Lorsque leur mission première a pu être menée à bien, la plupart d'entre eux sont retournés sur Terre. L'éloignement de la base et le climat rigoureux à l'excès du Lac de Givre n'incitent personne à aller vérifier trop souvent.

Légende

Le plus difficile avait été d'empiler toutes les caisses de matériel devant le sas sécurisé, puis de tout faire basculer dans l'étroit réduit que des ingénieurs perdus au fond de leurs bureaux avaient conçu sans beaucoup d'esprit pratique.

On avait vaguement évoqué une raison de forte consommation d'énergie pour expliquer la petitesse du local, mais les soldats tous spécialisés en ingénierie qui s'alignaient contre le mur se doutaient bien que c'était davantage un problème de fonds alloués que de potentialité technique.

D'ailleurs, si cette mission avait lieu, c'était bien à cause de cet élément: l'argent.

Lorsque la Terre avait reçu ce somptueux Cadeau des Dieux, certains avaient flairé anguille sous roche. Mais les dirigeants n'en avaient pas tenu compte. Ce n'est qu'à l'explosion d'une des frégates d'escadre en orbite autour de Mars qu'ils comprirent que la flotte si gentiment "offerte", ou plutôt laissée à la dérive dans l'espace, risquait d'être un peu vieillotte, voire... Complètement inutilisable. Alors on s'était mis à vérifier chaque parcelle des vaisseaux. Et plus on avançait dans l'inspection, plus la Commission Internationale pour la Colonisation des Planètes Proches se désespérait. Des avaries majeures étaient découvertes tous les jours sur le vaisseau-monde et les paramètrages loufoques ainsi qu'une programmation inconnue rendait la navigation impossible.

Les équipes de scientifiques qui planchèrent sur ces problèmes ne purent les résoudre. Mais à force de fouiller, consulter, imaginer, schématiser, ils en vinrent à découvrir...

- Tout est prêt ?

La femme se tenait devant la cohorte de jeunes recrues qui avaient tout installé dans le sas. Essoufflé, transpirant, l'un d'entre eux lui répondit un "Oui Maréchale Suprême" bien soulagé d'avoir fini.

D'un coup d'oeil, elle avait vérifié son équipe. Ils étaient sur-entraînés, bien qu'à la base, ce furent plutôt des scientifiques. Et sur-équipés, ce qui ne gâchait rien.

L'homme à ses côtés était concentré sur d'immenses listes de matériel et les signait les unes après les autres. Il remit le tout à l'enseigne qui attendait devant lui. L'équipe de préparation sortit finalement du sas, laissant les caisses bien entourées d'une escouade de soldats d'élite.

La commission avait délégué un représentant et c'est lui qui passait maintenant la porte pour venir serrer les mains des "Chefs de Mission", comme c'était l'usage. Il y allait de sourires confiants et d'encouragements aux "Valeureux qui allaient porter haut les espoirs de l'Humanité" et accessoirement éviter la dépense de milliards de crédits en construction d'appareils neufs...

Il reçut pour toute réponse un simple "Merci on se revoit la semaine prochaine pour un premier bilan".

Les deux Maréchaux n'aimaient pas l'onctuosité des politiques, n'aimaient pas être jetés dans un projet aussi peu cerné que celui-ci, n'aimaient pas être détachés de leur fonction pour une simple balade de recherche de plans sur une quelconque planète. Et ils aimaient encore moins l'idée d'être... Dématérialisés.

Coincée dans cette sorte de bulle scintillante qui commençait à pulser au rythme du chargement énergétique, la femme jeta un coup d'oeil à son homologue. Ils se connaissaient suffisamment pour ne pas avoir à parler pour se comprendre. Ils savaient que leurs connaissances étaient nécessaires pour la réussite de cette mission et c'était la seule raison qui les avait poussés à l'accepter.

Les plans pour cette salle de téléportation se trouvaient dans les archives du vaisseau-monde. Alors qu'il n'y avait aucune information cruciale sur les vaisseaux eux-mêmes... Une fabrication hâtive menée comme l'aubaine du millénaire, quelques essais vite faits "Vous comprenez, il en va de la crédibilité de la Commission..." Et les voilà prêts à partir...

Le décompte commença, ponctué des checklists dont l'écho parvenait aux voyageurs par micro interposé.

3 !

La voix métallique s'éleva soudain comme un coup de tonnerre.

2 !

Instinctivement, tous les occupants de la bulle retinrent leur respiration.

1 !

Leurs regards virevoltèrent de l'un à l'autre, cherchant la certitude chez leurs camarades de ne pas faire la plus grosse idiotie de leur vie.

Lancement !

Bizarrement, le terme effleura la conscience de la femme toute tournée vers l'instant juste à venir et elle le trouva définitivement incongru. Elle haussa les épaules...

Avant de recevoir une volée de gravats. Certains ricochèrent sur les caisses métalliques, les casques, les armes, noyant sous une pluie poussiéreuse assourdissante l'arrivée de l'escouade.

Un battement de coeur plus tard, ils avaient tous leur arme en main, ajustant des êtres tétanisés par la surprise face à eux. Seul l'immense boulet de fer maintenu au bout d'une corde fixée à une antique structure de bois qui venait de démolir un montant d'une arche de gré sculpté finissait son oscillation, dans cet air rendu immobile par la tension.

- A couvert ! Hurla l'homme.

Ce fut le signal. Chaque soldat retrouva instantanément ses réflexes. Certains se mirent à genoux derrière les caisses de tôle renforcée, d'autres glissèrent vers les arches encore debout, qui soutenaient tant bien que mal l'immense coupole de pierre gravée et maintenant fissurée.

Un homme se précipita vers eux, une épée au clair. La femme le regarda venir, stupéfaite.

- Mais...

Elle avait déjà repéré le chemin boueux de terre et de neige mêlées, les armures portées par leurs adversaires, un paysage où il n'y avait nulle trace d'une civilisation normalement bien plus avancée que la leur...

Elle le mit en joue calmement et l'abattit d'une balle explosive dans le genou.

Caractère et vie sociale

Les Humains tendent à être sociables. Ils sont à l'aise en communauté, aiment les villes et ce qui est construit.

Ils possèdent une forte capacité d'adaptation. Ils ne refusent pas un confort même relatif mais savent aussi survivre dans des conditions plus dures.

Les Humains ont une tendance naturelle à l'impatience. Certains disent que c'est leur espérance de vie moyenne qui veut cette étrange propension, mais on note, à rencontrer certains personnages à la vie fort longue que ce n'est pas la seule raison.

Ils sont aussi prompts à manier des concepts et ont bien souvent du mal à se regrouper sous une bannière de pensée unique. Si cela arrive néanmoins, on parle de ferveur, de loyauté, d'impératifs d'Etat, voire d'intérêts financiers...

Description physique

Les hommes ont une taille moyenne de 1,75 m pour 75 kg, et les femmes de 1,65 m pour 58 kg.

Les hommes ont un système pileux peu fourni et épargnant le tronc. Les femmes sont de plus imberbes.

Leurs capacités physiques sont médiocres dans tous les domaines. Par contre, ils sauront s'équiper de manière à palier leurs principales faiblesses.


Retour à l'accueil

Règles